Les sites de rencontres écolos, ou comment pécho bio, local et de saison.

Je ne compte plus le nombre de fois où, à force de scroller machinalement sur mon fil d’actualités Facebook, je me suis marrée en lisant des articles sur l’écologie. Avant de réaliser que je n’étais ni sur Le Gorafi, ni sur la Page Pute de Brain Magazine. Par exemple, cet article de Tout Vert qui a recensé pour vous les « meilleurs sites de rencontres écolos ». Quand on grille son temps de cerveau disponible sur son smartphone, on a les informations qu’on mérite, me direz-vous. À raison.

Économisez votre énergie

Pour espérer trouver l’âme sœur, plus besoin de s’inscrire à une sortie accrobranche ou scrapbooking avec des inconnus qui zozotent. Ni même d’aller collecter chaque semaine un panier de légumes bios. (Dont la moitié finit à la poubelle, faute d’en avoir trouvé la partie comestible.) Avec les sites de rencontres écolos, quelques clics suffisent pour trouver un partenaire bien raccord avec ses centres d’intérêt. Un vrai gisement d’économies d’énergie. Plus besoin d’attendre les trois rencards réglementaires, avec ce que cela implique de dépenses inutiles et de temps gaspillé, pour finalement constater en ouvrant son frigo que le type achète des tomates en hiver.

Sites de rencontres pour écolos exigeants

Sous-produit du « célibataire exigeant », voici venu l’« écologiste exigeant », celui ou celle qui en a marre de cocher le filtre « mange bio » d’adopteunmec pour écarter les mécréants. « Ô mon prince, seras-tu crudivore ou végétarien ? » se languit la Catherinette en lançant une recherche avancée parmi les photos de soupirants qui se roulent dans l’herbe. Persuadée de gagner du temps en passant commande sur Internet, cette dernière déchantera bien vite.

Un rayon bio pas très appétissant

Car au supermarché de l’amour, le rayon bio est aussi décevant qu’ailleurs : peu fourni. Tu n’y trouveras plus que ceux et celles qui sont capables de se prendre en selfie avec un brocolis à la main. (True story.) Oui, chassez le relou de Tinder, il revient sur Greenlove avec une passion pour le recyclage et la randonnée. Ne resterait-il sur ces sites que les morts de faim ? Ceux qui au point où ils en sont, ne seront pas regardants si l’assiette est végétarienne ?

L’avenir nous dira si vous avez des amis qui se sont « rencontrés à l’AMAP ». D’ici là, on attend de savoir si la journaliste de Tout Vert est nominée pour le Pultizer avec son article de fond sur les évolutions sociétales et la crise écologique.

Laisser un commentaire