Où faire ses courses pour consommer mieux (bio, local, durable, éthique…) ?

Depuis ma conversion en chantre du bio-local-et-de-saison, on me pose souvent la même question : quel est l’endroit idéal pour faire ses courses et consommer mieux ? Où se trouve ce lieu magique où l’on pourrait acheter de bons produits, sains/frais/locaux/bios/responsables/durables/éthiques/et j’en passe et des meilleurs, sans casser son PEL ? La réponse est simple : dans la quatrième dimension. Quand on tente de résoudre une équation avec autant d’inconnues, il y a forcément un moment où ça foire. Il est donc important de prioriser.

Sainte nourriture bio

Consommer mieux, qu’est-ce que ça veut dire ?

Une question préalable, avant de savoir où faire vos courses, est de savoir ce que vous souhaitez acheter. Quels produits voulez-vous consommer, et surtout pour quelles raisons ? « Consommer mieux » n’a pas la même signification pour les uns ou pour les autres… Est-ce la rémunération des producteurs qui vous préoccupe ? La qualité gustative et nutritionnelle des aliments ? Le soutien à l’économie locale ? L’évitement des substances néfastes (pesticides ou tiens, nitrites) ? Avez-vous été traumatisé par le dernier Cash Investigation sur les pratiques douteuses de l’industrie agro-alimentaire ? Souhaitez-vous rééquilibrer votre bilan carbone depuis que vous l’avez flingué en partant en Birmanie ?

Définir vos priorités vous permettra de minimiser vos contradictions, vous savez, cet endroit où tous ceux qui n’ont pas fait les mêmes choix que vous vous attendent au tournant. On a vu des véganes acheter des produits transformés dénués de toute substance animale mais bourrés d’additifs de synthèse. Si leur seul souci est de laisser les vaches en paix, ça se tient. Si c’est pour manger sain, il va falloir qu’ils revoient leur copie…

En clair, si vous ne savez pas ce que vous cherchez, vous ne savez pas ce que vous achetez. Alors consommer mieux, pour vous, ça veut dire quoi ?

Consommer mieux : pas forcément cher… mais long

En avril, une série d’articles du Figaro m’avait interpellée : une journaliste s’est lancé le « défi » de vivre un mois sans rien acheter au supermarché. Pourquoi sans supermarché ? Parce que la crise agricole est largement imputable au modèle de la grande distribution, qui rouleaucompresse les éleveurs et agriculteurs en leur achetant leur production à des prix toujours plus bas (à ce sujet, lire l’article de Basta ! sur la crise du monde agricole, particulièrement complet et bien écrit). Dans ce cas précis, on recherche donc une juste rémunération du producteur, la réhabilitation des échanges humains dans l’acte d’achat, de bons produits si possible locaux et bien sûr, éviter de violer son compte en banque. Voilà pour les critères.

Le témoignage de la journaliste du Figaro, un peu naïf, a tout de même le mérite d’attirer l’attention du lecteur sur d’autres lieux de consommation que les grandes surfaces : les marchés, les coopératives et magasins de producteurs, les Internets…

Conclusion un peu lapidaire : consommer mieux, ça coûte moins cher mais ça prend (beaucoup) plus de temps. Car le supermarché a précisément été inventé pour en gagner, du temps, en rassemblant tous les biens de consommation courante dans un seul et même lieu de vente. Sauf que le système de la grande distribution a depuis longtemps montré ses limites. Le « toujours moins cher » se paie d’une autre manière : agonie du monde agricole, industrialisation massive de la production, baisse de la qualité des produits, absence totale de transparence sur la composition comme sur la provenance, hausse des importations (toujours plus lointaines), etc.

consommer mieux, difficile au supermarché

 

Bref, il faut pouvoir y voir clair sous la lumière des néons et avoir sous le coude d’autres options que les grandes surfaces, mais lesquelles ? Il n’y a pas d’alternative unique ni de solution miracle. Tout dépend de vos besoins, de vos motivations et de l’endroit où vous habitez (ville, périurbain, campagne ? Les solutions qui s’offrent à vous ne seront pas les mêmes.)

À mon grand dam, je n’ai pas la possibilité d’être exhaustive, ni de me baser uniquement sur des études et des rapports indépendants. Même si j’ai fait beaucoup de lectures et que je pratique depuis quelques années déjà différents modes de consommation, je reste blogueuse du dimanche et non journaliste.

J’avais commencé un article unique, mais il s’est rapidement transformé en mastodonte. C’est que j’ai l’intention de vous parler des supermarchés, des différentes enseignes spécialisées, des marchés, du vrac et des épiceries sans emballage, des magasins de producteur, des paniers, des AMAP, des coopératives, des sites Internets estampillés bios… Bref, un vaste programme !

Je vous donne donc rendez-vous très bientôt pour une série d’articles sur les différents lieux où consommer mieux… D’ici là, n’hésitez pas à me dire ce que cette idée vous évoque, je pourrais peut-être mieux répondre à des questions que vous vous posez.

Bonne fin de semaine à tous !

4 commentaires sur “Où faire ses courses pour consommer mieux (bio, local, durable, éthique…) ?

Laisser un commentaire