Arrêtez le massacre, passez au ménage écologique !

Temps de lecture : 4 minutes

Nettoyant pour salle de bain, nettoyant pour cuisine, produit WC, produit à vitres, liquide vaisselle, nettoyant pour le sol, désodorisant… À force de les voir en rayon, on s’est habitués à ces produits, associés chacun à un usage spécifique. Comme si nous avions vraiment besoin d’un produit par pièce, voire par objet à nettoyer. Est-ce le cas ? Non, bien sûr.

Pour le ménage, un nettoyant multi-usages fait très bien l’affaire. Il s’utilise dilué pour l’entretien courant et pur pour les saletés plus tenaces. Le reste n’est que marketing, greenwashing, et bullshiting.

Littéralement, caca de taureau donc.

La propreté : une représentation avant tout

Ce qui nous donne le sentiment de propreté, c’est principalement la vue (une surface immaculée) et l’odeur : des senteurs associées au propre, comme le citron par exemple. D’ailleurs, c’est pour ça qu’à l’inverse, la lavande sent les chiottes. 

Bref, notre cerveau fait le lien entre des images / odeurs et l’idée de propreté, parce qu’il a été habitué à ça. Et puisque nous avons toujours fait le ménage avec certains types de produits, nous avons du mal à imaginer qu’on puisse faire autrement, même si ces produits sont dangereux pour notre santé. Il est donc important de se défaire de ces représentations et d’abandonner les produits ménagers « classiques », pour passer au ménage écologique.

Produits ménagers : attention aux substances toxiques !

Dans un comparatif de 2016, l’UFC-Que choisir a montré que la plupart des nettoyants ménagers comprenaient des substances néfastes pour la santé humaine et l’environnement.

Par exemple, les fabricants utilisent des conservateurs qui peuvent provoquer de sévères réactions allergiques, comme la MIT (méthylisothiazolinone) et la benzisothiazolinone.

Attention aussi à l’acide chlorhydrique, un détartrant efficace mais très corrosif. Il peut abîmer la peau, les organes respiratoires, les yeux, les intestins… Mélangé avec de l’eau de Javel (qui n’a strictement rien à faire dans nos placards), il forme un gaz hautement toxique : le dichlore. Bref, le mieux est de ne pas l’utiliser.

Dites au revoir à cet abruti.

Les produits aux senteurs florales ou exotiques sont à proscrire. La plupart du temps, ces parfums synthétiques sont obtenus grâce à des substances chimiques allergisantes. Le pire étant les désodorisants qui contiennent du formaldéhyde ou du benzène, des composés organiques volatils (COV) reconnus comme cancérigènes, entre autres… Pour les toilettes, rien ne vaut un bon craquage d’allumette pour cacher vos méfaits. De même pour les poussières, évitez les produits antistatiques.

Bref, les nettoyants ménagers quels qu’ils soient sont à utiliser avec parcimonie. Il est indispensable d’aérer votre logement lorsque vous faites le ménage, même s’il fait moins quinze dehors.

Des mentions trompeuses sur les emballages

Parce que nous sommes de plus en plus échaudés par les scandales sanitaires, les fabricants adaptent leurs recettes et proposent toutes sortes de produits pseudo-naturels. Les emballages se teintent de vert et les recettes sont « enrichies au bicarbonate », au savon noir… Alors qu’elles n’en contiennent parfois que des traces.

Les industriels sont libres d’apposer la mention qui leur chante sur les emballages. Et vas-y que je te tartine de la « formule concentrée », « ultra-concentrée », « dégraissant », « détartrant »… Tout ça ne veut évidemment pas dire grand-chose. 

L’UFC recommande même d’éviter les nettoyants ménagers portant la mention « désinfectant » ou « antibactérien » (et variantes) : à stériliser votre environnement, vous ne réussirez qu’à rendre votre système immunitaire feignant. Et donc fragile. Sans parler des effets sur les bactéries elles-mêmes : seules les souches les plus résistantes survivront, qui ne seront plus régulées par les autres micro-organismes… 

Enfin, côté labels, ne vous faites pas avoir. Cleanright est par exemple une émanation des industriels eux-mêmes, champions pour s’autodécerner des médailles. Autant vous dire que le cahier des charges n’est pas trop exigeant… L’Ecolabel européen et sa déclinaison NF Environnement garantissent un « moindre impact sur l’environnement du produit« . Personnellement, je préfère me fier à Ecocert, dont le cahier des charges est plus exigeant.

Le ménage écologique, ça se fait avec quoi ?

Maintenant qu’on sait tout ça, comment passer au ménage écologique ? Quelques produits reviennent souvent sur les sites d’information et les blogs : bicarbonate de soude, vinaigre blanc, huiles essentielles, savon noir, savon de Marseille… Sont-ils vraiment efficaces ? Oui, et parfois plus que les produits ménagers classiques.

Vous avez deux options. Cliquez sur celle qui vous intéresse (ou lisez tout, bande de feignants) :

Le nettoyant multi-usage maison

Pour l’entretien courant des plans de travail, éviers, lavabo, etc., et pour nettoyer les vitres, un mélange 1/3 de vinaigre blanc 2/3 d’eau chaude suffit largement. Vous verrez comme il fait briller la robinetterie ! Si l’odeur vous dérange, vous pouvez ajouter 20 à 30 gouttes d’huile essentielle bio pour 1,5L de produit. Un mélange citron-tea tree fonctionne bien par exemple, mais ce n’est pas indispensable.

Le vinaigre blanc, star du ménage écologique

Pour détartrer une bouilloire, versez du vinaigre blanc et portez à ébullition, videz, puis faites chauffer de l’eau et rincez bien.

Il blanchit également le fond de la cuvette des toilettes : versez un peu de vinaigre blanc pur, laissez agir, frottez avec la brosse des WC puis tirez la chasse.

Il nettoie aussi le frigo, le micro-ondes… Biodégradable et super efficace, c’est vraiment un indispensable. Acheté au rayon alimentaire, il vous coûtera moins d’un euro le litre.

Le bicarbonate de soude : pas cher et polyvalent

Le bicarbonate de soude est un produit économique et non toxique, indispensable pour un ménage écologique !

Il est notamment efficace contre les mauvaises odeurs : versez-en un peu dans l’évier, le lavabo, les WC ou la douche, laissez agir et faites couler un peu d’eau.

Vous pouvez aussi l’utiliser pour nettoyer vos légumes avant cuisson. Choisissez-le alimentaire pour pouvoir l’employer également en remplacement de la levure.

L’incroyable savon de Marseille 

Pour la vaisselle, frottez votre éponge lavable (à acheter en ligne ou à tricoter/fabriquer soi-même !) à votre cube de savon de Marseille. Attention à bien le choisir, en l’achetant à des savonneries honnêtes comme Marius Fabre, Le Fer à Cheval, La Corvette

Le savon de Marseille sert aussi à nettoyer les surfaces que vous rincez à l’eau, pour fabriquer sa lessive ou son dentifrice (j’ai tenté, honnêtement je ne suis pas fana), remplacer ses gels douches et sa mousse à raser… 

Savon noir : pour l’intérieur… et l’extérieur

Pour nettoyer les sols, 3 cuillères à soupe de savon noir liquide dans de l’eau chaude et en avant Guingamp. Il est aussi très efficace pour dégraisser les plaques et les ustensiles de cuisson, et sert de répulsif naturel pour les insectes et parasites qui envahissent vos plantes. Bref, polyvalent on a dit.

Là encore, méfiez-vous des faux savons noirs. Vous pouvez en trouver ici en format 1L et là en grand format.

N’oubliez pas les chiffons microfibres !

Pour la poussière, inutile d’arroser vos meubles : un chiffon microfibre humide est amplement suffisant. La matière emprisonne les particules volantes. Une fois sale, on le met dans la machine à laver, et on le réutilise !

Vous n’êtes pas obligés de les prendre aussi moches, on est d’accord.

Quels produits nettoyants acheter pour un ménage écologique ?

Quelques rappels avant que vous ne partiez à l’assaut des rayons pour trouver LE nettoyant multi-usages parfait pour un ménage écologique :

  • Optez de préférence pour des produits labellisés par Ecocert : minimum 95% d’ingrédients d’origine naturelle. Donc 5% de produits de synthèse, merci à ceux qui suivent. Sachant que le cahier des charges n’autorise pas n’importe quel produit de synthèse…
  • Méfiez-vous des parfums évocateurs : malheureusement même les huiles essentielles sont parfois allergisantes… Dans le doute, allez au plus simple.
  • Ne vous fiez pas aux appellations fantasques (ultraconcentré, ultradégraissant, ultra je me fous de ta gueule.)
  • Vérifiez toujours la composition !

Voici quelques exemples de produits ménagers qui me paraissent fréquentables :

Pour les girondins, je vous conseille également Toutneteco, un nettoyant multi-usage écologique et fabriqué à Bordeaux, avec plusieurs options de retrait ou de livraison. Parce que consommer local, ça ne concerne pas que les légumes 😉

Bref, bon ménage les tortues !

2 commentaires

  1. helen Répondre

    Merci pour ce super article. Auriez vous des recommandations pour une lessive écologique EFFICACE ? C’est un peu relou de faire bouillir ses teeshirts et… de devoir refaire sa penderie 🙁

Laisser un commentaire